On a dit de ce conflit qu’il se résumait au combat de deux chauves, se battant pour un peigne. C’est dire l’absurdité de cette guerre dite des Malouines survenue au début des années 1980 dans un archipel perdu au nord de la péninsule Antarctique, les îles Malouines en français, Falkland Islands en anglais, propriété de la Grande-Bretagne, convoitise de l’Argentine. Les enjeux de souveraineté sont, du reste, quasi absents du roman de Rodolfo Fogwill, hallucinante plongée sous terre au milieu d’une cohorte de déserteurs argentins qui attendent la fin des hostilités et organisent une vie parallèle, faite de génie souterrain improvisé, de vols, de récupérations et de trafics divers (y compris avec les soldats britanniques). Ils se sont surnommés les tatous, du nom de cette étrange animal caparaçonné qui creuse de véritables grottes pour s’y cacher, et leur existence ne semble guère plus, ni moins enviable. Et Fogwill a choisi la concision pour dépeindre des scènes qui, frappantes ou pathétiques, forment un tableau étrange, fascinant, révulsant parfois, où plus grand-chose n’a de sens. Pas l’héroïsme, en tout cas.

> Disponible au 2e étage, rayon Romans (R FOG)